Le Deuxième Pilier expliqué en détail | 2e pilier suisse

Le Deuxième Pilier expliqué en détail | 2e pilier suisse

 

Le système de retraite en Suisse est en apparence plutôt complexe.

Le 2e pilier de la prévoyance soulève de nombreuses interrogations sur son fonctionnement global.

Connaître le montant de ses avoirs ou les diverses possibilités de retrait sont des exemples de questions courantes que vous vous êtes déjà certainement posées.

Telexoo répond en détail à vos demandes les plus récurrentes sur le deuxième pilier.

 

Sommaire

 

C’est quoi le deuxième pilier ?

La prévoyance en Suisse

À l’origine, les premières caisses de retraite étaient réservées au secteur du machinisme industriel. Elles étaient facultatives, de ce fait, tous les salariés n’étaient pas protégés contre les risques de l’âge. En 1972, la LPP gagne sa place dans la Constitution. Le système de prévoyance suisse se décompose en trois piliers distincts et complémentaires :

  • Le premier pilier correspond à la prévoyance étatique. Il a pour but de garantir un revenu minimum à la retraite.
  • Le deuxième pilier, ou prévoyance professionnelle (LPP) vise à compléter le premier. Elle est obligatoire, tout comme l’AVS.
  • Le troisième pilier est optionnel. La prévoyance privée et non obligatoire émane de l’assuré souhaitant améliorer ses gains une fois sa carrière terminée.

Ensemble, ils ont pour objectif de maintenir un niveau de vie équivalent à celui de la période active pendant la retraite.

 

Les spécificités du 2e pilier

Le deuxième pilier est alimenté grâce aux années travaillées. Un montant minimal de pension est garanti aux assurés.

Des cotisations salariales mensuelles sont versées sur la prévoyance professionnelle. En outre, le 2e pilier comprend plusieurs prestations :

  • la rente vieillesse ;
  • une couverture décès ;
  • une couverture invalidité.

Suisse ou frontalier, il est possible d’en retirer le capital sous certaines conditions.
Enfin, notez que les rendements sont souvent très bas. Il est conseillé de faire appel à un organisme privé pour la gestion de votre 2e pilier. Si vous avez changé d’emploi durant votre carrière, vos avoirs vieillesse basculent sur un compte de libre passage. Ils ont eux aussi tout intérêt à être optimisés.

 

Qui doit cotiser à la LPP ?

Votre employeur et vous-même participez au 2e pilier de la prévoyance à parts égales. Le financement est collectif. Cependant, l’embaucheur peut décider de verser plus que le montant attendu par la loi, selon le contrat pour lequel il optera. Chaque mois, les fonds sont déduits automatiquement de votre fiche de paie.

Pour être affilié à la LPP et commencer son épargne retraite, vous devez remplir certaines conditions :

  • être âgé d’au moins 17 ans ;
  • être salarié et percevoir un minimum de 21 510 francs par an depuis 2021 ;
  • être déjà soumis à l’AVS.

Avant 25 ans, seuls le décès et l’invalidité sont couverts par le 2nd pilier. Passé cet âge, vous cotisez également pour la rente vieillesse.

Toutefois, il existe des exceptions. Les indépendants constituent leur prévoyance sur la base du volontariat, puisqu’ils ne sont pas assujettis au régime obligatoire. C’est autant le cas des salariés dont le contrat de travail est inférieur à trois mois et des membres de la famille d’un agriculteur exerçant dans son exploitation. Les individus ayant une incapacité de gain d’au moins 70 % selon l’AI sont eux aussi concernés. Si vous êtes dans cette situation, il est donc pertinent de souscrire par vous-même à une assurance LPP.

 

Comment connaître son capital 2e pilier ?

Connaître le montant de son capital

Pour connaître le montant de son capital 2e pilier, vous avez besoin du résumé de salaire annuel transmis par votre employeur à la fin de chaque année et de votre certificat de votre avoir vieillesse transmis par votre caisse de prévoyance. Ensuite, il faudra :

  • prendre note du total annuel dans la rubrique « Caisse de pension (LPP) » sur le relevé de l’employeur ;
  • multiplier ce montant par deux ;
  • si le résultat obtenu est supérieur ou inférieur aux estimations, une vérification est de rigueur. Votre employeur verse peut-être plus de la moitié, ou au contraire, moins que prévu.
  • Quoi qu’il en soit, la somme trouvée correspond à la « cotisation totale » pour l’année en cours, voyez si le montant correspond à celui indiqué sur votre certificat LPP ;
  • renouveler cette opération avec l’ensemble de vos résumés de salaire depuis le commencement de votre vie active. En les additionnant vous aurez connaissance de votre capital 2e

 

Calculer sa rente 2e pilier

Les prestations des retraités sont le plus souvent versées sous forme de rente, mais vous pouvez opter pour un retrait en capital de votre LPP selon vos besoins. Calculer la rente qui vous reviendra à la retraite grâce au second pilier nécessite de connaître son capital vieillesse. Ce dernier augmente en fonction de l’âge de l’assuré. Puis, le taux de conversion entre en jeu. Le taux légal de la part obligatoire s’élève à 6,8 % en 2022, mais il devrait être revu à la baisse dans les années à venir.
Par exemple, un avoir de CHF 200 000 avec un taux de 6,8 % octroie une rente annuelle de CHF 13 600. Le calcul est le suivant : 200 000 x 0,068 = 13 600.

En divisant par 12 ce résultat, vous obtiendrez le montant de votre rente mensuelle sur la part obligatoire, soit CHF 1 133.

Enfin, vous percevrez en plus la somme de la part surobligatoire du deuxième pilier et votre rente AVS. Ce calcul étant complexe, renseignez-vous sur votre contrat de prévoyance et votre capital pour connaître vos droits.

 

Quand peut-on retirer son deuxième pilier ?

Lors d’un départ à la retraite classique

Retirer le capital de son deuxième pilier suisse est possible. Le plus commun est d’y accéder à l’âge légal de la retraite (65 ans pour les hommes et 64 ans pour les femmes). Néanmoins, anticipez vos démarches. Dans les mois précédant votre départ à la retraite, contactez votre caisse de pension. Elle sera en mesure de vous fournir de précieuses informations comme le montant auquel vous avez droit et comment percevoir votre rente.

Dans certains cas, percevoir les fonds de son 2ème pilier peut se faire de manière anticipée dès 58 ans. Au contraire, si vous continuez d’exercer pendant la retraite, l’ajournement est possible sous certaines conditions, et ce jusqu’à 70 ans.

 

Faire un retrait anticipé

D’autres situations spécifiques permettent de disposer de ses fonds du 2e pilier avant la retraite. On en dénombre trois.

Quitter la Suisse

Un retrait anticipé est autorisé si vous quittez la Suisse de façon définitive. Si votre destination se situe dans un pays membre de l’UE ou de l’AELE, vous n’êtes pas concerné. Seule la « part surobligatoire » de votre second pilier pourra vous être versée sous certaines conditions.

Investir dans l’immobilier

Retirer une partie de son capital 2e pilier dans le cadre d’un achat immobilier est permis. Toutefois, il doit s’agir de l’acquisition de votre résidence principale. Le montant du retrait varie selon l’âge : avant 50 ans, vous pouvez soustraire la totalité de l’avoir. Au-delà, cette opération est limitée. Le consentement de votre conjoint si un contrat légal vous lie est requis.

Pour amortir une hypothèque ou investir dans une coopérative pour la construction de logements, le retrait anticipé est aussi envisageable.

Dans tous les cas, il est souhaitable de contacter sa caisse de pension pour obtenir les informations particulières relatives à votre dossier, car chaque contrat diffère.

Exercer une profession indépendante

Étant donné qu’il n’est pas obligatoire de cotiser au second pilier quand on exerce un métier indépendant, retirer le capital acquis jusqu’alors est possible. Soyez vigilant, là encore, des conditions sont à remplir. Effectivement, il faudra d’abord prouver que votre activité a bien débuté. La demande devra être faite au cours de l’année suivant le commencement de votre nouvelle profession.
Le consentement du conjoint ou partenaire enregistré doit être obtenu.

 

Qui touche le 2e pilier en cas de décès ?

Malheureusement, le caractère imprévisible du décès peut soulever de nombreuses questions relatives à l’héritage. Au niveau du 2ème pilier de la prévoyance, votre conjoint percevra la rente à condition d’être marié ou d’avoir établi un partenariat enregistré. Il existe trois critères pour en bénéficier. Ils ne doivent pas nécessairement être cumulés :

  • avoir un enfant toujours à charge ;
  • avoir au moins 45 ans ;
  • être en couple depuis au minimum 5 ans.

L’allocation unique est disponible pour ceux qui ne remplissent aucune de ces modalités. Renseignez-vous auprès de votre caisse de pension pour obtenir des informations spécifiques à votre cas.

Le deuxième pilier de la prévoyance suisse est celui en lien avec votre activité professionnelle. Le montant de la rente perçue à la retraite dépend de la carrière vécue. Dans certains cas, il est possible d’en retirer les fonds de manière anticipée, mais exclusivement sous certaines conditions. Quoi qu’il en soit, il est toujours conseillé de communiquer avec sa caisse de pension avant d’entreprendre toute démarche. Conserver votre capital acquis vous permettra de vivre une retraite plus confortable, soyez vigilant.

2 août 2022
Partager
Smooch Messenger Button