Canton de Genève : Changer son Salaire au Meilleur Taux

Genève lac léman Genève est une ville cosmopolite et son canton l’est tout autant. Cette zone frontalière avec la France et plus précisément du département de la Haute-Savoie et de l’Ain, accueille chaque jour des travailleurs au statut particulier : ce sont les frontaliers. Mais, qu’est-ce qu’un frontalier ? Pourquoi son statut est-il différent des autres travailleurs ? Pourquoi le canton de Genève attire chaque jour des milliers de salariés ou indépendants français ? Nous avons souhaité en savoir plus sur ces communes frontalières. Plan-les-Ouates, Perly, mais aussi Thônex, en quelques décennies, ces zones à l’origine rurale ont développé des zones industrielles. Leur implantation est idéale pour les Hauts-Savoyards. 57 % des frontaliers de Genève viennent du 74. Ils se rendent en Suisse chaque jour pour profiter d’un marché de l’emploi dynamique, de salaires avantageux, d’une fiscalité réduite, d’un plan de carrière intéressant et d’autres avantages encore.

À première vue, le contexte particulier dans lequel évoluent les résidents français employés en Suisse semble idyllique, pourtant la vie du frontalier est plus compliquée qu’il n’y parait. Telexoo en sait quelque chose, car chaque jour nous répondons aux besoins d’une clientèle composée en grande partie de cette communauté. Nos services répondent à cette question : travailleurs du canton de Genève, comment changer son salaire au meilleur taux ? Pour en savoir plus, faisons un état des lieux des secteurs d’activité qui recrutent, des salaires et de l’immobilier en Haute-Savoie et voyons quelles sont les particularités du frontalier.

Sommaire

Frontalier à Genève

Les frontaliers du canton de Genève en chiffres

Le nombre de frontaliers ne cesse d’augmenter sur le canton de Genève. En dix ans, la Suisse a accueilli 60 000 travailleurs français de plus. En effet, ils étaient en totalité 120 146 frontaliers français en 2009, pour 180 311 au quatrième trimestre 2019, tous cantons confondus.

Les dernières statistiques de l’OFS (Office fédéral de la Statistique) montrent que Genève est la ville qui accueille le plus de frontaliers. Les chiffres rapportent qu’ils sont 86 535 à se rendre sur le canton genevois quotidiennement pour exercer leur activité professionnelle.

L’économie forte et prospère de Genève, ainsi que sa situation géographique, grâce à ses villes limitrophes avec la Haute-Savoie comme Thônex, Plan-les-Ouates, Perly ou Meyrin font de Genève une métropole plébiscitée.

Saint-Julien-en-Genevois est la ville française dont les habitants travaillent principalement à Genève. 41 416 Saint-Juliennois franchissent la frontière chaque jour. À Annecy, préfecture de la Haute-Savoie, ils sont 14 701 à travailler en Suisse.

Le département de l’Ain connaît lui aussi une grande population de frontaliers, ils sont 20 245 au total. Le pays de Gex est celui qui en dénombre le plus, il se trouve à proximité de la frontière comme la commune de Bellegarde, 16 114 Gexois sont salariés ou indépendants en Suisse.

Les secteurs d’activité qui recrutent

Le secteur d’activité qui recrute le plus est, sans équivoque, celui du tertiaire. Il emploie à lui seul 69 815 frontaliers. Le commerce de gros et de détail représente environ 19 % des emplois de ce secteur.

Vient ensuite la Santé qui enregistrait 11 209 frontaliers au deuxième trimestre 2020. Le milieu hospitalier et l’action sociale sont friands de main-d’œuvre française. Attention, toutefois, les diplômes français de la santé doivent être reconnus par la Croix rouge suisse pour ceux qui désirent exercer leur profession. Cette démarche est payante et concerne exclusivement le canton de Genève, pour les autres cantons, votre diplôme français sera suffisant.

Les activités de services administratifs et de soutien, dont les fonctions liées à l’emploi, ainsi que celles destinées à l’administration publique correspondent à 15 % des emplois du tertiaire. Les administrations sont nombreuses à Genève, l’OMS (Organisme mondial de la Santé) y a établi son siège, par exemple. Les multinationales ont également besoin d’assistantes et de secrétaires, ainsi que les industries et les services publics. Ces postes requièrent souvent de parler plusieurs langues. Genève est une ville multiraciale, des personnes venues du monde entier s’y croisent tous les jours, maîtriser l’anglais est presque indispensable pour prétendre à un poste de gestion administrative ou assistant(e) polyvalent(e).

Le secteur secondaire n’est pas en reste non plus, avec pas moins de 14 108 emplois dédiés aux frontaliers. Comment parler de l’emploi en Suisse sans évoquer l’horlogerie ? Elle a façonné la réputation du « savoir-faire » suisse, cette mécanique de précision est à l’origine de 2 210 postes tenus par des frontaliers. L’industrie manufacturière emploie 7 361 étrangers en 2020. Le secondaire concerne également les métiers de la construction et du TP. Les chiffres sont en hausse constante ces dernières années, le bâtiment recrute 6 441 frontaliers selon les récentes statistiques.

Pour plus de renseignements sur les salaires du canton de Genève, lisez notre article : « Quel est le salaire moyen d’un frontalier à Genève ? »

Le meilleur taux pour changer son salaire à Genève

À Genève, le meilleur taux pour changer son salaire ne se trouve non pas dans les bureaux de change ni dans une banque traditionnelle, mais bien en ligne, sur internet !

Telexoo est une entreprise genevoise proche de ses clients. En nous intéressant à cette population au statut particulier, nous avons souhaité leur apporter des solutions pour faciliter leur quotidien. Percevoir son salaire en franc suisse et vivre en France implique de devoir le rapatrier chaque mois. Les frontaliers subissent le cours du change, selon le taux en vigueur, ils peuvent parfois être désavantagés lorsque le taux fluctue et qu’il augmente.

Notre plateforme a pour vocation de proposer le meilleur taux du marché, proche du taux interbancaire qui se pratique en bourse. Nous n’appliquons pas de frais sur les transactions de change supérieures à 1'000 €. Notre clientèle peut donc bénéficier d’un taux préférentiel sans contraintes.

Les démarches sont simples, après avoir renseigné notre formulaire en ligne pour ouvrir votre compte, vous pouvez effectuer votre virement en choisissant votre compte source et votre compte de destination. En maximum 48 h, jours ouvrés, vous recevez votre salaire en euros. Toutes ces opérations s’effectuent simplement depuis votre téléphone mobile ou sur votre ordinateur, à distance. Il n’est plus nécessaire de vous déplacer, vous économisez du temps et de l’argent !

Frontalier à Thônex

Profession et emploi à Thônex

Thônex est idéalement située pour les frontaliers du 74. Cette ville est adjacente avec Gaillard et Annemasse, pour s’y rendre ils n’ont qu’à traverser la frontière qui se trouve à quelques minutes de leur domicile. Depuis l’ouverture de la ligne de Tram reliant Annemasse à Genève, Thônex est encore mieux desservie. Les Annemassiens ne sont plus obligés de prendre leur véhicule pour se rendre au travail, ils gagnent du temps et de l’argent !

Les professions du tertiaire sont celles qui embauchent le plus de personnel. Les métiers du service ont un bel avenir devant eux ! Le commerce, les transports, la restauration, la banque et l’assurance, les activités spécialisées (scientifiques et techniques) sont des domaines d’activité qui recrutent très souvent des travailleurs français.

Deux entreprises mondialement réputées y sont installées. Il s’agit de Rolex qui assemble ses cadrans de montres sur le site de Chêne-Bourg et de la société Caran d’Ache spécialiste de la couleur et de l’écriture grâce à son matériel de papeterie. Thônex est également industrielle, même si elle possède un peu moins d’une centaine de PME, elles maintiennent 18 % des emplois de la commune.

L’emploi y est intéressant pour les frontaliers, car ils profitent de tous les avantages du canton de Genève (fiscalité, salaire, entreprises, changer son salaire au meilleur taux...) sans passer trop de temps sur la route. La bête noire du frontalier est, pour beaucoup, le transport. En travaillant dans cette ville frontalière, ils réduisent cette contrainte tout en conservant leurs avantages.

Comment obtenir un permis de travail ?

Le permis de travail est différent selon les situations :

  • Le permis B concerne les ressortissants de l’UE qui travaillent en Suisse et qui y résident ;
  • Le permis C est délivré aux Européens qui travaillent en Suisse et qui s’y installent pour une période inférieure à un an et supérieure à 4 mois, il est renouvelable ;
  • Le permis G est celui dédié aux travailleurs européens qui habitent dans un pays de l’Union européenne (France, Allemagne, Italie, etc.), qui travaillent en Suisse et rentrent au minimum une fois par semaine à leur domicile.

Pour obtenir le permis de travail G, ou permis frontalier, il faut obtenir un contrat CDI, CDD ou temporaire. Un engagement écrit du futur patron peut parfois suffire. C’est en général l’employeur qui établit la demande de permis de travail auprès des services administratifs cantonaux compétents. Les autorisations de travail sont remises par le canton dont dépend votre entreprise. En ce qui concerne le canton de Genève, c’est l’Office cantonal de la population et des migrations qui réceptionne les dossiers et délivre le permis G.

Les indépendants doivent également se munir d’un permis de travail valide. Ils se chargent eux-mêmes d’opérer les démarches auprès de l’Office cantonal. La demande de permis doit être accompagnée du formulaire F. Les démarches sont rapides du moment que toutes les pièces justificatives viennent compléter votre dossier.

Retrouvez la liste détaillée des pièces à fournir dans notre article : « Obtenir un permis G pour travailler à Thônex »

Obtenir un permis de travail

Frontalier à Perly

Travailler à Perly

Perly est une petite commune proportionnellement à Plan-les-Ouates, mais elle possède les mêmes avantages. Idéalement située, elle se trouve sur l’axe Saint-Julien-Genève. Perly est à la base une vaste plaine agricole et maraîchère. Depuis quelques années, une zone commerciale et artisanale s’est étendue faisant face à la zone d’habitation.

Elle est limitrophe des villes genevoises de Bernex, Plan-les-Ouates, Bardonnex qui délimite la frontière, Confignon et Soral. Côté français, elle touche Saint-Julien-en-Genevois, travailler à Perly est une aubaine pour ses habitants ! Les frontaliers de Perly-Certoux viennent également de communes rurales telles que : Viry, Feigères, Neydens, Vulbens, etc.

Encore une fois, Rolex et Patek Philippe, les géants mondiaux de l’horlogerie ont dû agrandir leurs sites de production et se sont implantés dans la commune aux abords de Genève. D’autres manufactures comme ALC Tôlerie prospèrent dans cette zone frontalière.

Attendue comme le Messie, la ligne 15 du tramway Genève-Saint-Julien devrait traverser la ville d’ici 2023. Elle permettra de désengorger la douane et d’éviter les kilomètres de bouchons trop souvent fréquents aux heures de pointe. Cette extension de la ligne va surement apporter une nouvelle vague de frontaliers qui pourront enfin abandonner leur véhicule et se rendre facilement sur leur lieu de travail.

Les allocations Chômage du frontalier

S’il est facile de trouver un emploi dans le canton de Genève, il est aussi possible de le perdre. La législation suisse concernant le licenciement et ses mesures est bien différente du système français. Avec la vague épidémique de la COVID-19, une autre vague est venue s’échouer aux portes de la frontière, celle de nouveaux chômeurs.

La crise sanitaire est sans doute moins catastrophique que la crise économique qu’elle a engendrée. Les entreprises qui doivent faire face à une baisse d’activité et donc une baisse de leur chiffre d’affaires ont dû se séparer d’une partie de leur personnel. Les contrats temporaires ou CDD ont été les premiers à souffrir de cette situation, beaucoup n’ont pas été reconduits. Ils ne sont pas les seuls, car certains employés embauchés ont eux aussi été licenciés pour baisse d’activité.

La liste des demandeurs d’emploi s’est allongée en 2020 et beaucoup ont dû comprendre comment fonctionnent les allocations chômage du frontalier. Car encore une fois, les démarches pour s’inscrire au chômage sont différentes pour les travailleurs suisses résidents français.

Si vous perdez votre emploi suite à une rupture définitive de votre contrat de travail, quel qu’il soit, c’est en France que vous percevez vos allocations chômage. Vous devez vous inscrire au Pôle emploi et remplir les conditions requises pour valider vos droits aux ARE (aide au retour à l’emploi). Si vous êtes au chômage partiel suite à une baisse d’activité de votre entreprise, c’est en Suisse que vous percevez vos indemnités.

Pour monter votre dossier de demandeur d’emploi, vous devez d’abord obtenir le formulaire DP U1. Il vous sera remis par la caisse de compensation de votre canton de travail, c’est grâce à ce document que vous pourrez exporter vos droits en France. Il justifie votre période d’emploi et votre rémunération pour permettre le calcul du montant de votre allocation.

Pour connaître en détail les démarches à suivre, lisez notre article : « Comment obtenir le formulaire U1 à Perly ? »

Obtenir le formulaire U1 chômage

Frontalier à Plan-les-Ouates

Marché de l’emploi à Plan-les-Ouates

Le marché de l’emploi à Plan-les-Ouates est porteur et dynamique ! C’est un lieu que l’on pourrait presque qualifier « d’idéal » pour les habitants du département 74. Effectivement, cette ville se trouve juste de l’autre côté de la frontière et elle regorge d’entreprises, petites, grandes ou moyennes, elles offrent l’embarras du choix aux demandeurs d’emploi.

La zone industrielle ZIPLO s’est largement développée ces dernières années. Elle concentre environ 600 entreprises qui emploient pas moins de 11 000 employés. On y retrouve la manufacture de Vacheron Constantin ou encore Piaget, la marque de produits de luxe Clarins, les bureaux de Patek Philippe, des laboratoires de recherche scientifique. Plan-les-Ouates c’est un large panel de sociétés à proximité de la douane de Bardonnex situé sur l’axe de Saint-Julien en Genevois-Genève, un emplacement privilégié !

La vie à Plan-les-Ouates a pris autant d’ampleur que le nombre d’entreprises qui y ont installé leurs locaux. La commune a vu sa démographie augmenter et s’est adaptée en fonction. La ville a donc construit une crèche communale, des salles de sport, des restaurants, autant d’infrastructures qui ont elles-mêmes créé de nouveaux postes à pourvoir.

Le bâtiment a lui aussi généré de nombreux emplois, car la ville a dû se réinventer et construire de nouveaux logements. Il faut savoir qu’à Plan-les-Ouates, il y a plus de travailleurs que d’habitants. Une fois les portes des bureaux fermés, la ville se vide. La Zone des Cherpines, qui devrait livrer ses premiers appartements en 2021, est venue pallier à ce manque. Ce projet de 10 000 nouveaux habitants au sein de la commune a lui aussi créé de l’emploi, une aubaine de plus pour les frontaliers !

Vivre en France et travailler en Suisse : les avantages

Vivre en France et travailler en Suisse donne un statut particulier à celui qui s’y applique. Il est résident français, il peut donc choisir de s’assurer en France ou en Suisse. Selon la solution la plus économe pour lui et sa famille, offrant la meilleure couverture, il préfèrera l’assurance française « CMU » ou l’assurance suisse « LaMal ».

Il est travailleur du canton de Genève, c’est donc en Suisse qu’il est imposé ! Il paie ses impôts directement à la source, c’est-à-dire qu’ils lui sont prélevés par son employeur, mensuellement, directement sur son salaire. Celui-ci les reverse à l’administration fiscale cantonale. Le frontalier est avantagé, car le taux d’imposition suisse est plus intéressant qu’en France.

Un des plus gros avantages qu’il n’est presque plus nécessaire d’évoquer est sans aucun doute le salaire du travailleur suisse domicilié en France. Il le multiplie par 2 fois ou plus selon les professions. Indéniablement, ce salaire plus conséquent lui offre un plus gros pouvoir d’achat. Il peut épargner, placer son argent ou investir dans l’immobilier. De plus, le coût de la vie est moins cher en France, son salaire lui permet de vivre confortablement.

Selon sa composition familiale, il peut également profiter des allocations familiales suisses. Si aucun des deux parents ne perçoit d’allocations familiales en France, alors le frontalier peut toucher les allocations genevoises.

Découvrez où vivre en France quand on travaille en Suisse dans notre article : « Vivre en France et travailler à Plan-les-Ouates »

Vivre en france et travailler en Suisse

Comment verser un loyer en France depuis son compte suisse ?

Là encore, Telexoo a pensé à tout ! Les démarches sont à peu près identiques que pour rapatrier votre salaire. Si vous louez en France ou bien si vous êtes propriétaire et que vous devez rembourser votre crédit, vous pouvez effectuer votre virement depuis votre compte suisse en passant par notre site.

Une fois connecté, vous avez la possibilité de renseigner plusieurs comptes de bénéficiaires. Il vous suffit alors de sélectionner votre compte source et votre bénéficiaire, indiquez la somme à changer et validez votre transaction, le tour est joué !

En choisissant cette solution pour verser votre loyer en France, vous réalisez des économies, car comme pour rapatrier votre salaire, vous bénéficiez du meilleur taux du moment. Attention cependant, Telexoo est un bureau de change en ligne et non pas une banque. Nous ne pouvons pas prélever sur votre compte vos mensualités pour régler votre bailleur, la raison est simple : nous n’avons pas accès à vos comptes.

Pour verser votre loyer en France au meilleur taux, inscrivez-vous dès maintenant !

Vous économisez {{ changeSaving }}
{{ changeYear }} sur 1 an
{{ changeRate }}
Frais de virement {{ changeFeeCurrency }} {{ changeCost }}
Créer un compte gratuit
* taux non contractuel actualisé le {{ lastTime }}
Comment fonctionne Telexoo ?